Le site du lycée Pierre de Coubertin à Calais
Vous êtes ici : Accueil » Vie du lycée » Culture » Des contes africains au lycée Coubertin

Des contes africains au lycée Coubertin

D 15 janvier 2021     H 13:37     A C.Mouquet     C 1 messages


Le lundi 12 octobre nous avons eu le plaisir d’accueillir Mme Nathalie Grave, une conteuse venue partager l’univers du conte africain, entre folklore et tradition orale. Mme Grave est conteuse depuis bientôt 15 ans. Pour s’annoncer et se définir elle utilise ce slogan : "La voix est libre" qui est une revendication de la liberté de conter.
Une mise en scène très sobre accompagnait la conteuse : un rideau noir avec son slogan, des instruments de musique africains. Le public a été captivé par les effets narratifs, rythmiques et vocaux créés par la conteuse. Il y avait une sorte de musicalité dans sa voix qui nous berçait comme au temps de l’enfance.
Quel point commun y a-t-il entre un crâne, un lion, une antilope, une vieille femme, un dictateur et des oiseaux ? Tous sont les personages qui peuplent l’univers des 5 contes qu’il nous a été donné d’entendre. Ils sont des allégories, des symboles qui nous poussent à réfléchir aux défauts humains. Il y a toujours une morale à la fin pour nous inviter à la réflexion. Ce procédé n’est pas sans rappeler les Fables de la Fontaine ou la mythologie. Mais la particularité est ici de nous transporter dans l’imaginaire exotique africain qu’ont longtemps entretenu les griots.
Parmi tous ces contes l’un de nos préférés fait référence à un homme ayant trouvé sur la plage un crâne humain capable de parler. L’homme demande au crâne ce qui l’a amené ici et le crâne lui répond : " la parole". Réjoui de sa découverte, l’homme s’en va informer le roi de son pays. Celui-ci, n’ayant d’abord pas cru l’homme, lui propose un marché ; il ira bien sur cette plage voir le crâne. S’il parle, comme l’affirme l’homme, alors le roi couvrira d’or ce dernier ; mais si le crâne ne parle pas, le roi coupera la tête de l’homme. Arrivés sur la plage, le crâne, entre les mains de l’homme, ne daigne dire un mot. Exécutant sa menace, le roi coupe la tête de l’homme et quitte les lieux, laissant la dépouille et le crâne derrière lui. Lorsqu’enfin le calme est revenu sur la plage, le crâne demande à la tête de l’homme ce qui l’a amené ici. L’homme répond alors : "la parole"....
La poésie, la musique et la magie des mots nous ont transportés pendant près d’une heure. Nous avons apprécié cette belle leçon de philosophie et nous ne sommes pas près d’oublier la venue de Mme Grave, un véritable moment de partage. Elle nous a rappelé ce qui était véritablement important dans notre manière de voir les choses et nous lui en sommes reconnaissants.

Romane Couturier et Faustine Terral

1 Messages

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message